mouton éco-pâturage
Biodiversité

Éco-Pâturage, quels intérêts ?

Une alternative pour le retour de la biodiversité en ville!

Chaque année à l’arrivée du printemps, la question de l’entretien des espaces verts dans les collectivités se posent de nouveau. Or aujourd’hui, la tendance est au retour à une méthode ancestrale: l’éco-pâturage. Fini les machines et autres produits chimiques, place aux moutons!

Depuis le 1er janvier 2017 et la loi Labbée, les collectivités n’ont plus le droit d’utiliser des produits phytosanitaires chimiques soit des herbicides dans les espaces publics. L’ère « Zéro phyto » est lancée. Il faut alors repenser complétement l’entretien des espaces verts : ronds-points, voiries, forets ou encore parcs. Un véritable casse-tête pour les communes, longtemps habituées à une consommation importance de produits chimiques.

Cette nouvelle est pourtant une véritable avancée pour la protection de la biodiversité et des écosystèmes. En effet les pesticides et herbicides impactent directement les écosystèmes et compromettent leur développement voire même leur existence. De plus, cela peut conduire à une contamination des eaux.

Pour relever ce défi, de nombreuses collectivités ont fait le choix de l’éco-pâturage.

Qu’est-ce que l’éco-pâturage ?

Cela consiste à laisser des troupeaux d’herbivores (ex : moutons, chèvres, ânes ou encore chevaux) effectuer l’entretien des espaces verts en les laissant paître. Une solution 100% naturel et respectueuse de l’environnement.

Longtemps délaissés au profit des machines et autres produits chimiques, plus rapides et moins contraignants, les moutons retrouvent aujourd’hui le chemin des villes.

Une pratique respectueuse de l’environnement

L’éco-pâturage est une alternative à la tonte mécanique et aux produits phytosanitaires et permet de participer à la protection de la biodiversité. Les moutons sont certifiés zéro émission de CO2 et zéro déchet !

De plus, les excréments de moutons vont permettre de renforcer la biodiversité, en attirant de nombreux insectes et fertilisant les sols. Le choix de l’éco-pâturage permet aussi protéger l’habitat des insectes, souvent détruit par les machines, lors de l’entretien des espaces verts. L’éco-pâturage crée donc un cercle vertueux et ce, à moindre coût.

Une pratique pédagogique

L’utilisation et la mise en avant d’espèces animales en ville, permet de sensibiliser les populations de tout âge à la cause animale et aux problématiques actuelles.

Cela permet aussi de créer du lien social et d’organiser des événements ou des ateliers comme la tonte des moutons au printemps.

Une alternative qui séduit

Aujourd’hui, de plus en plus de villes font le choix de l’éco-pâturage pour l’entretien de leurs espaces verts. La ville de Toulouse accueille tous les ans, au printemps, un troupeau de moutons aux Argoulets. La SNCF fait appel à des troupeaux de moutons, pour l’entretien des espaces difficiles accès.

Cette pratique se dévéloppe de plus en plus car ce simple geste geste éco-citoyen permet non seulement de faire rénaître la biodiversité en ville mais aussi de faire des économies pour les collectivités.